Musée de design et d'arts appliqués contemporains logo

FOCUS

art contemporain, design, art verrier

INFORMATION

Depuis son ouverture en 2000, le mudac – musée de design et d’arts appliqués contemporains – se distingue par son regard curieux et incisif sur ce qui façonne nos manières de vivre et s’attache à soulever des questions pertinentes… et parfois impertinentes! Sa programmation ambitieuse de cinq à huit expositions annuelles alterne projets thématiques et cartes blanches de designers suisses et étrangers, en prêtant une attention particulière à la jeune création. Une approche unique et audacieuse, reconnue dans le monde entier, et dont les expositions circulent de Paris à Séoul.

En parallèle, le mudac propose régulièrement de nouveaux accrochages de ses collections permanentes, qui n’ont cessé de s’agrandir depuis ses débuts en tant que Musée des arts décoratifs, afin de permettre aux visiteurs de les voir progressivement dans leur intégralité.

Enfin, le musée ouvre ses portes aux arts vivants: danseurs, metteurs en scène, performers ou musiciens, se profilant ainsi comme une plateforme de libre échange entre diverses expressions artistiques, suisses et internationales.

CURRENT AND UPCOMING EXHIBITIONS

Carte blanche à David Bielander - from 8 february 2017 to 30 april 2017
Aurélie Dellasanta (1980)
In Gold We Trust , 2005
laiton, papier, 3.1 x 5.5 x 1.3 cm
Inv. 2046

Aurélie Dellasanta chine, farfouille, déniche des objets délaissés de notre
quotidien, qu’elle assemble pour leur donner une nouvelle signification. La
mort, la misère, la consommation, la religion sont ses thèmes de réflexion
récurrents.
Lorsqu’elle utilise pour ses broches le papier-monnaie rebrodé, Aurélie
Dellasanta, outre une allusion à l’économie et à la consommation,
dénonce les valeurs américaines par des raccourcis efficaces. Ici, la
simple adjonction d'un L de fil doré transforme complètement le sens de la
devise nationale américaine: In God We trust devient In Gold We trust.

Aurélie Dellasanta, née en 1980, a étudié à la HEAD de Genève ainsi
qu'au Royal College of Art de Londres. Elle est l'auteur de plusieurs
pièces de la collection bijoux du mudac.

Ilona Schwippel (1969)
Transparence , 2003
or, amethyste, 6.1 x 4.7 x 1 cm
Inv. 2026

Ilona Schwippel est une créatrice d'origine allemande, née en 1969. Après
une formation classique et de nombreux stages en Europe, elle a été
l'élève d'Esther Brinkmann à la Haute école d'arts appliqués à Genève
(actuellement HEAD). Depuis 2001 elle dirige en compagnie de Christian
Balmer la galerie viceversa à Lausanne et a assuré le commissariat de
plusieurs expositions de bijou contemporain.

Cette broche est l'exemple même d'une réflexion sur le travail traditionnel
du bijoutier. Il est en effet courant de lui demander de transformer les
bijoux reçus en héritage. Entre deux plaques d'or fin, Ilona Schwippel a
enchâssé une broche ancienne sertie d'une améthyste. On la devine en
«transparence». L'or est là pour lui donner une seconde vie: les bijoux
sont éternels...

Max Frölich (1908-1997)
Sans titre , 1992
or jaune, 4.7 x 4.7 cm
Inv. aK 11149

Un des pionniers majeurs du bijou contemporain suisse, Max Fröhlich,
dont la production a été en partie imprégnée par les théories du Bauhaus,
se caractérise par la diversité de ses inspirations et de ses expériences
techniques. Cette broche s'inspire des bijoux en fonte des Ashantis du
Ghana, qui, réalisés à partir de fils de cire enroulés, présentent le même
décor ondulé.

Né en 1908, mort en 1997, Max Fröhlich a enseigné de nombreuses
années à la Kunstgewerbeschule de Zürich et a influencé de nombreux
créateurs présents dans nos collections. Il a en particulier transmis à
Johanna Dahm son intérêt pour cette technique particulière et pour les
productions ethniques.

Dimitri Bähler (1988)
Small oblong Plate bicolor (Fur Patterns / Black on White satin) , 2013
ceramique, 26 x 20 x 2.5 cm

Le mudac possède une importante collection de céramiques héritée du Musée des arts décoratifs de Lausanne. Principalement axée sur des créateurs suisses, elle est régulièrement augmentée par des propositions de céramistes et d’artistes plastiques dont les pièces témoignent de l’évolution et de la recherche constante qui règne dans ce champ de création.

Né à Moutier, dans le Jura suisse, le designer (diplômé de l’ECAL) Dimitri Bähler a réalisé, à côté d’objets de design industriel, un ensemble conséquent de céramiques. Deux résidences, la première à l’EKWC, European Center for Ceramic, à Den Bosch, Pays-Bas, la seconde au CERCCO, à la HEAD de Genève, vont le familiariser avec cet art. La série Patterns & Colours a ainsi été développée en 2013 lors de son séjour à l’EKWC.

Small Oblong Plate Bicolor (Fur Patterns / Black on White Satin), qui peut être présentée horizontalement ou accrochée au mur, en est l’un des prototypes produits. Pour réaliser cette pièce, le designer utilise une technique proche du gaufrage, nécessitant un moule dans lequel est placée une feuille de latex comportant un motif sur laquelle l’argile sera plaquée. La feuille de latex, plus grande que les volumes en argile, peut être utilisée sur d’autres formes. Placée à chaque moulage de manière différente, elle permet de produire des pièces similaires mais uniques. Il existe une douzaine de motifs différents créés par ordinateur avant d’être taillés dans une planche de bois et mouler en latex.

Le biscuit réalisé est ensuite recouvert d’un engobe blanc prêt à recevoir une couleur. Pour Small Oblong Plate Bicolor, le noir a été appliqué à la brosse afin de ne laisser la couleur que dans les creux des motifs.

Les techniques de moulage et d’engobe mises en œuvre pour la série Patterns & Colors, permettent dès lors des possibilités esthétiques quasi infinies.